Imprimer

Interview de Vincent Luneau triathlète compétiteur

Écrit par ludo le .

vincenttraining

 Après l'article sur la préparation physique en triathlon, voici une interview pour appuyer mes propos et pénétrer un peu plus dans le monde du triathlon avec Vincent Luneau, pompier professionnel et passionné de triathlon qui se prépare à une grande compétition, le challenge de Vichy (ironman)

Si vous n'avez pas visualisé mon précédent article sur l'importance de la préparation physique en triathlon je vous propose de suivre le lien suivant "lien article" ...

1) Bonjour Vincent et merci d'avoir accepté cette interview. Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ? Comment es tu arrivé au "triathlon de haut niveau" et à l'entrainement?

Bonjour, je vais me présenter rapidement. Je m'appelle Vincent Luneau, j'ai 33 ans, je suis marié et papa de 2 garçons de 10 et 6 ans ½ et je suis Sapeur Pompier Professionnel affecté au CSP Châteauroux dans l'Indre. Je suis SPP depuis 2005 et j'étais militaire auparavant pendant 5 ans. Je pratique différentes activités physiques depuis mon plus jeune âge et notamment la gymnastique pendant 15 ans. La découverte du triathlon s'est faite suite à un défi entre collègues lorsque j'étais en région parisienne en 2007 et la participation au triathlon promo de Rambouillet.
En effet étant piètre nageur et notamment en crawl, j'avais toujours eu une certaine appréhension à participer à un triathlon, mais cette première expérience a été pour moi un révélateur. Et je me suis découvert une passion pour ce sport et le mode de vie qui va avec.
Étant pratiquant assidu des sports d'endurances (Course à pied, Ultra trail, Alpinisme....) je me suis rapidement orienté vers des formats de course longue distance et j'ai ainsi bouclé mon premier Half ( Half Ironman 1.9 km natation, 90 km vélo et 21.1 km course à pied) à la fin de ma première saison en 2008.
Je ne suis pas triathlète de Haut Niveau, car pour être considéré Haut Niveau, il faut être inscrit sur les Listes Ministérielles et je suis très loin de ce niveau là qui regroupe seulement une vingtaine de triathlètes en France.
En 2011, après une grosse préparation, je me suis lancé sur le circuit Ironman en prenant part au Challenge Barcelona que je termine en 10h04 et un top 100 (94 ième) sur 1600 partants. Le « virus »de l'Ironman est désormais en moi et je participe donc tous les ans à au moins un triathlon format Ironman.
Parallèlement à ma pratique, je me suis investi dans l'encadrement au sein de mon club, le Triathlon Club Châteauroux 36. Étant professionnellement Éducateur Sportif Sapeur Pompier, il me semblait naturel de pouvoir mettre à profit mes connaissances et compétences. J'ai donc passé le Brevet Fédéral de niveau 5 me permettant de prendre part à l'encadrement au sein du club.

2) Pour bien rentrer dans le sujet, le grand public commence à connaitre le triathlon de part les JO avec ses  spécificités, mais également celles de l'Ironman. Peux-tu nous expliquer très succinctement leur différence. Si tu as une préférence, pourquoi ?

La grosse différence, est la distance. En effet lors des JO, les triathlètes parcourent 1.5 km de natation, 40 km en vélo et 10 km de course à pied, soit pour les meilleurs entre 1h50 et 2h d'effort. Alors que sur IM, les distances sont beaucoup plus importantes, 3.8 km de nat, 180 km en vélo et 42 km en course à pied.... Les meilleurs sont en moins de 8h selon les parcours. Ce qui ne minimise en rien les perfs des athlètes courte distance, courir un 10 km en 29' après avoir roulé à plus de 40 km/h de moy, c'est une performance exceptionnelle.
Même si j'aime beaucoup courir sur des triathlons au format Olympique, je dois avouer que je préfère la distance IM. Car sur cette distance, tu es obligé d'aller au bout de tes limites (mentales ou physiques) et cela permet de vraiment bien apprendre à te connaitre.... Un autre aspect qui me passionne dans la distance IM, c'est la préparation pour performer sur cette distance. En effet la planification d'une telle course demande de nombreuses heures d'entrainement et la prise en compte de nombreuses variables (type de parcours, alimentation, gestion de course, préparation physique....) et c'est passionnant !!!!

vincentnage

3) Je sais que tu t'intéresses énormément au conditionnement physique et ses atouts. Pour toi la préparation physique c'est quoi? A quelle part évalues-tu son intérêt dans la performance de ton sport?

La PP, c'est avant tout un moyen d'être plus performant dans mon sport mais aussi dans ma vie professionnelle qui est physiquement assez exigeante.
C'est également pour moi, un moyen prophylactique et un outil de réathlétisation.
Bref la PP est incontournable !!!!
Pour ce qui est de la part de la PP dans la performance en triathlon, je la qualifierai autour des 10 à 20 %, mais en France La PP n'est pas encore entrée dans les mœurs.....et beaucoup croient encore que le travail de la Force max va les faire courir moins vite à cause de la prise de masse musculaire par exemple !!!!!

4) Actuellement, si tu devais faire un état des lieux de l'intérêt qu'ont les athlètes affiliés aux sports de combinés pour la préparation physique. A quel niveau le situerais-tu ? J'ai été très surpris du peu de développement de cette question en France pour le triathlon alors que nos amis anglophones inondent le net. (Faites le test sur youtube tapez préparation physique triathlon puis conditioning triathlon...)

Oui effectivement comme je te le disais précédemment, il existe encore beaucoup de préjugés par rapport à la PP et pas uniquement dans le triathlon mais dans le sport en général, par une méconnaissance de la physiologie et je pense une image marquée des bodybuildeurs par exemple.
Alors oui c'est parfois compliqué de faire comprendre à un athlète l'intérêt de faire des squats lourds pour qu'il progresse en course à pied par exemple, mais en expliquant les choses et surtout en observant les résultats, on y parvient.
Je pense que nous sommes en France et notamment en triathlon, à des années lumières de ce qui se fait chez nos voisins anglo-saxons en matière de PP et à un niveau très bas de développement de la PP pour le triathlon.
Il suffit juste de voir comment s'entrainent les frères Brownlee, qui dominent le circuit courte distance depuis plusieurs années, pour comprendre l'intérêt que portent les anglo-saxons à la PP, et ça paye !!!!
Mais cela laisse beaucoup d'espoir et de travail en perspective pour faire bouger les choses.

5) Selon toi, comment améliorer la vision de la préparation physique auprès de ces sportifs ? Je sais que la ligue du Limousin met des choses sympas en place (en particulier pour la formation des jeunes). Penses tu que des formations sur le sujet aurait un impact ? Penses tu que le public serait réceptif ou plutôt craintif ?

En France, nous sommes plutôt conservateurs et on voit rarement d'un bon œil la nouveauté, alors effectivement c'est un peu compliqué. Néanmoins je pense que la meilleure réponse passe par la performance, il faudrait donc que les entraineurs osent intégrer de la PP et démontrent ainsi l'amélioration des performances et aussi son aspect prophylactique.
Alors forcement, ça passe par la formation des entraineurs et là c'est peut être un peu plus compliqué.
Ce qui est sûr, c'est que le message auprès de l'athlète passera d'autant mieux si ça vient de son entraineur !
Pour ce qui est de l'impact sur le public, nous sommes tellement dans des préjugés en la matière, qu'il faudrait une pédagogie adaptée !

6) Peux-tu nous décrire rapidement un emploi du temps d'un de tes athlètes ? Comment gères-tu (avec tes moyens) ce côté préparation physique avec les athlètes que tu as à ta charge ?

Je m'occupe effectivement d'un groupe d'entrainement axé compétition, et j'ai un athlète qui est très assidu et qui bosse en horaires de bureau en tant que chef de service. Nous avons réussi à mettre en place cet hiver, un travail de développement de la Force sur plusieurs semaines à raison de 1 à 2 séances de PP par semaine. Alors effectivement les puristes diront que ce n'est pas assez, mais c'est toujours mieux que rien.... Voilà un peu la semaine type : Lundi : Natation, Mardi : PP/Course à pied, Mercredi : Natation, Jeudi : PP/CAP, Vendredi : Natation, Samedi : Vélo et Natation, Dimanche : Vélo/Repos. Pour l'aspect pratique, nous avons une salle de muscu à disposition jouxtant la piste, on y retrouve le matériel nécessaire pour la PP, et nous avons également pas mal travaillé sur l'entrainement croisé des qualités physiques (cross training) avec une dominante course à pied. Je pense que cela a été bénéfique, puisque les premiers résultats sont plutôt bons. Nous maintenons une séance (light) de rappel du travail de force tous les 15 jours environ. Le début de la saison de triathlon arrivant à grand pas, je vais pouvoir observer les performances et surtout l'évolution par rapport à la saison dernière.

vincentvelo

7) Je sais que tu as pratiqué énormément de sports. Penses tu que cela a été bénéfique pour le triathlon ou as-tu un regret de ne pas avoir commencé plus tôt?

Oui effectivement, j'ai pratiqué beaucoup de sports avant de me lancer dans le triathlon et je pense que c'est effectivement bénéfique, d'un point de vu physiologique bien sur mais aussi et surtout au niveau mental. Alors on dit qu'il ne faut pas avoir de regrets, mais c'est vrai que si j'avais su avant ce qu'était le triathlon, je me serai lancé bien avant ..... Donc un conseil à celles et ceux qui hésitent un peu, Foncez vous n'aurez aucun regrets !!!!

8) Au final comment te prépares-tu personnellement pour ton ironman ?

Je viens juste de finir la planification de ma préparation pour l'IM auquel je vais participer cette saison (Challenge Vichy le 31/08/2014). La prépa spécifique s'étale sur 16 semaines avec des semaines à 30h d'entrainement et des objectifs intermédiaires (Chpt France Duathlon Longue Distance, Chpt France Triathlon Longue Distance...) et l'objectif est de passer sous les 10h de courses et idéalement approcher les 9h30. Du boulot en perspective avec bien sur quelques séances de PP !!!

9) Tu es pompier professionnel, le triathlon c'est un super complément dans ton métier ou rien de spécial ? Question piège, ça vaut quoi « le pompier type » sur un triathlon ;) ?

Alors effectivement sur certains aspects, c'est un très bon complément puisque certaines qualités physiques développées en triathlon sont bénéfiques pour mon métier (Endurance, Force par exemple). Au-delà de cela, ce qui me parait le plus important pour moi, c'est mon aisance aquatique, puisque la pratique du Tri m'a quelque part imposé de progresser en natation et donc d'être plus à l'aise en milieu aquatique, facteur prépondérant pour réaliser un sauvetage.

Alors « Le Pompier Type ».... Là encore je vais casser un mythe, mais les pompiers sont recruter au sein de la population et aujourd'hui nous connaissons tous les problèmes d'obésité et de manque de pratique d'activité physique dans notre société, donc forcément le recrutement se faisant parmi la population, on retrouve des agents parfois en surpoids et souvent avec une condition physique moyenne.
On est bien loin de l'image d'Épinal du beau pompier fort et musclé.
Je passe moi-même auprès de mes collègues pour un Extra Terrestre par rapport à ma pratique sportive.
Mais pour répondre à ta question, le pompier type doit avoir des qualités d'endurance et de force, donc il doit être capable de finir un triathlon. D'ailleurs j'ai réussi à motiver quelques collègues pour participer au triathlon Open que l'on organise avec le TCC 36, en parallèle du Championnat de France Jeune de Triathlon le 1 juin prochain. Donc j'aurai ta réponse très bientôt !!!

10) Le mot de la fin est pour toi, n'hésite pas!

Tout d'abord, merci à toi de me donner l'opportunité de témoigner.
Ensuite j'espère que mon témoignage permettra à celles et ceux qui hésitent encore, de se lancer sur un triathlon. Vous verrez, vous ne regretterez pas et vous apprendrez énormément sur vous-même.
Ensuite j'espère qu'avec des personnes comme toi Ludo, l'image de la PP va évoluer pour en finir avec les stéréotypes et comprendre que la PP est un outil pour la performance mais aussi la santé et le Bien être !
Enfin, j'ai hâte de pouvoir visiter ta salle, qui sur les plans paraît très fonctionnelle et donne déjà envie de se donner à fond !!! Merci

 

Merci à Vincent pour son temps et bonne continuation à lui autant dans son job que dans sa passion !

Si vous avez aimez l'interview n'hésitez pas à la partager, commenter, liker ou rejoindre nos pages sur nos réseaux sociaux ! Ah très vite chez Expression Athlétique ;)

 

Si le triathlon vous interresse : site du club de triathlon de Vincent (Chateauroux) / site de la ligue du limousin  / site de la fédération

Ca gazouille sur Twitter !!

Google+